"Il est sur la terre occitane un potier qui fait parler les objets.

C'est dans une ferme du Volvestre que Sylvian Meschia travaille une terre extraite d’une carrière voisine, entre des murs de brique qui respirent la terre d'oc dont ils gardent la mémoire. Les objets qui sortent de ses mains répondent au labeur millénaire des paysans de cette plaine de la Garonne qui labouraient la terre et faisaient entendre sa vie d'une autre manière.

C’est cette terre que travaille Sylvian Meschia, la même que le sculpteur André Abbal, à quelques kilomètres de là, modelait au siècle dernier, en lui faisant parler la langue d'oc.

Dans l’atelier reposent des vases et des boîtes rouges et ocre et des boîtes bleu nuit. Les poèmes viennent s'inscrire sur le temps organique que la terre rend visible. Le jour et la nuit devenus des vases de terre qui racontent un poème que l'on peut lire au milieu des signes venus d'ailleurs que l'on ne peut que regarder. N'est-ce pas là qu'est la beauté ? Dans cette harmonie entre tous les regards : celui des yeux, celui du cœur, celui de l'esprit ? Entre ce que l'on voit et ce que l'on ne comprend pas. Beauté philosophique du quotidien. Sagesse d'un soleil dessiné dans la terre. Sylvian Meschia a quelque chose à la fois d'Aladin, du poète qui l'a créé et du génie qu'il appelle. Sa lampe magique (elle était sans doute en terre cuite) est un tour ; le contact des mains et de la terre fait surgir des formes, des couleurs, des images, des poèmes, des textes écrits dans toutes les langues mais des langues réinventées par les formes du monde, fait surgir des rêves.

À Rieux-Volvestre, il y a une ferme et dans cette ferme, il y a un potier. Entre la lampe d'Aladin et le renard du petit prince, sur la terre d'oc où poteries jaspées, tableaux de céramique, vases et coupes nous parlent la langue d'un artiste qui fait entrer dans la terre qu'il modèle le regard d'autres artistes et son histoire, un artiste qui crée des formes, des couleurs et des signes pour inventer des objets poétiques, pour nous faire redécouvrir la poésie qui habite notre quotidien si nous savons la voir, si nous savons la lire dans une simple coupe. Vases conteurs.

À Rieux-Volvestre, il y a une ferme, et dans cette ferme, il y a un poète.

Les œuvres de Sylvian Meschia placent notre regard dans un temps intemporel, celui de nos racines à tous."

 

 

Françoise Besson